Le chapeau

Elle avait gardé un chapeau qui n’appartenait à personne
personne était un homme d’un âge incertain
personne avait une tête de chapeau
comme elle l’imaginait
elle mit des traits sur personne
et à force de crayonner dans l’espace un visage imaginaire
elle se dit qu’elle ne rencontrerai jamais personne
elle jeta le chapeau
qui flotta dans la rivière longtemps
un chapeau sur une rivière
c’est étonnant
on croit qu’il s’est noyé
je veux dire l’homme du chapeau
alors des cris retentirent au bord de la rivière
quelqu’un plongea
récupéra le chapeau
qui lui appartenait
le hasard fait bien les choses
le chapeau lui plaisait
l’homme lui plut
ils firent fabriquer un chapeau pour elle
on ne peut sortir tête nue
quand on aime un chapeau

Bernard Bluteau

16195772_1090053467770361_8010687166637436146_n

Bonjour tout le monde !

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!

Plus vite que les balles

 

MARDI 15 JUIN 2010

THEATRE FRANCIS PLANTE à ORTHEZ

Plus vite que les balles

Une pièce écrite et mise en scène par

Bernard Bluteau

Avec…

Josiane Coehlo, Shafia Moussa, Jérémie Langlois.

Présentation des ateliers théâtre du Centre socioculturel dès 20 h

L’Arc et le Papillon au bord de la Garonne

 
 
 
 
L’Arc et le Papillon au bord de la Garonne.
Mai 2010 Photo Marie (Ailleurs)


"Un voyage qui, je l’espère va atteindre par ses flèches de nombreux coeurs, le message passe, et il passe bien.
 Une merveille de poésie et de pensées, que ce livre .
J’ai adoré."
Marie (Ailleurs)
 
 
 

L’Arc et le Papillon en voyage – première étape –

Et si "L’Arc et le Papillon" partait (aient) en voyage ?
 
 
 
Dune du Pyla/Avril 2010
 

Le voyage

 

J’ai entrepris un voyage qui n’avait pas de sens

Du moins pas le sens que je lui prêtais

 

Pourquoi voyager quand on peut d’un trait de pensée

Glisser d’un monde à l’autre

 

Je voyagerai encore

A l’intérieur comme à l’extérieur

En haut comme en bas

 

Les voyages ont besoin de voyageurs

 

Bernard Bluteau

 (L’Arc et le Papillon)

 
 

Les champs de possibilités

 

 

Nos champs de possibilités sont immenses.

A semer les graines aujourd’hui, nos champs de probables seront bien plus beaux.

Bernard Bluteau

A qui appartient une oeuvre ?

 

 

A qui appartient une œuvre ? Si l’on considère que l’auteur de l’œuvre est un canal, à tout le monde. Si la beauté et l’humanisme sont passés par ce canal, pourquoi en priver le monde ? Ecrire pour soi ne serait que pur égoïsme. La littérature donne tant de joie. La joie n’est elle pas à partager ? Il y a ceux qui sont capables de donner du pain, ceux qui sont capables de donner du temps, ceux qui sont capables de donner de l’argent. Il y a ceux qui sont capables de donner des mots. Ce n’est rien en apparence et pourtant ce sont les mots qui mènent le monde.

Bernard Bluteau